La plateforme de lecture en streaming par Cyberlibris et la librairie Eyrolles

Close

« La peinture doit lutter pour repousser ce monde qui ne peut qu’assassiner l’invisible. » (Charles Juliet, 2020)

Le coaching aussi…

L’impérialisme de la gestion étend son emprise sur le monde. La vérité, même celle de la calculabilité généralisée, ne fait plus sens, elle s’invente autant que de besoin : c’est l’ère des vérités alternatives.

Lorsque tous les repères se brouillent, lorsque seuls, le profit, la croissance, le pouvoir font sens, comment ne pas s’interroger sur les finalités du coaching dans les entreprises ? Le grand déni de l’accompagnement réside dans l’occultation du fond sur lequel il se déroule : fond idéologique, fond social historique, fond psychologique.

Ce fond « oublié » s’appelle « le collectif ». C’est lui qu’il s’agit de penser comme une dynamique permanente des désirs et des engagements au sein d’une organisation elle-même prise dans son propre fond.

Comment sortir du coaching « performatif » dont l’objectif est d’amener un collaborateur à réaliser, de fait, le désir de sa direction, pour accéder à un coaching « éthique », au sens d’Aristote, celui d’aider la personne à dévoiler cette part de liberté qui l’ouvre à l’im-possible, au radicalement autre, au plaisir de l’inattendu.

Dans ce livre je n’ai d’autre ambition que d’ouvrir le lecteur à des pistes de réflexion en interrogeant ce que « avoir à être humain », ce que rencontrer, ce que travailler veulent dire : comprendre n’est pas un acte intellectuel mais une conversion du regard qui libère la véritable efficience.

La destruction de l'humain

QRcode

Panser ou repenser le coaching

« La peinture doit lutter pour repousser ce monde qui ne peut qu’assassiner l’invisible. » (Charles Juliet, 2020) Le coaching aussi… L’impérialisme de la gestion étend son emprise sur le monde. La vérité, même cel

Voir toute la description...

Auteur(s): Lemaire, Lucien

Editeur: EMS Editions

Collection: EMS Coach

Publication: 2021

pages: 302

Langue: lang_fr

ISBN: 978-2-37687-417-1

eISBN: 978-2-37687-418-8

« La peinture doit lutter pour repousser ce monde qui ne peut qu’assassiner l’invisible. » (Charles Juliet, 2020) Le coaching aussi… L’impérialisme de la gestion étend son emprise sur le monde. La vérité, même cel

« La peinture doit lutter pour repousser ce monde qui ne peut qu’assassiner l’invisible. » (Charles Juliet, 2020)

Le coaching aussi…

L’impérialisme de la gestion étend son emprise sur le monde. La vérité, même celle de la calculabilité généralisée, ne fait plus sens, elle s’invente autant que de besoin : c’est l’ère des vérités alternatives.

Lorsque tous les repères se brouillent, lorsque seuls, le profit, la croissance, le pouvoir font sens, comment ne pas s’interroger sur les finalités du coaching dans les entreprises ? Le grand déni de l’accompagnement réside dans l’occultation du fond sur lequel il se déroule : fond idéologique, fond social historique, fond psychologique.

Ce fond « oublié » s’appelle « le collectif ». C’est lui qu’il s’agit de penser comme une dynamique permanente des désirs et des engagements au sein d’une organisation elle-même prise dans son propre fond.

Comment sortir du coaching « performatif » dont l’objectif est d’amener un collaborateur à réaliser, de fait, le désir de sa direction, pour accéder à un coaching « éthique », au sens d’Aristote, celui d’aider la personne à dévoiler cette part de liberté qui l’ouvre à l’im-possible, au radicalement autre, au plaisir de l’inattendu.

Dans ce livre je n’ai d’autre ambition que d’ouvrir le lecteur à des pistes de réflexion en interrogeant ce que « avoir à être humain », ce que rencontrer, ce que travailler veulent dire : comprendre n’est pas un acte intellectuel mais une conversion du regard qui libère la véritable efficience.

Voir toute la description...